Je vous livre aujourd'hui un dictionnaire de Franco-Friendzone

Normalement, je suis supposé faire une longue intro misogyne expliquant aux femmes qu'elles ont le pouvoir, que la calvitie est plus grave que les règles et que si j'avais un vagin, je serais déjà président-ninja-cosmonaute, mais :
1) Les haineux haineraient.
2) La plupart de mes lecteurs sont où des femmes, où des PUSSOFRUSTRERS, dans les deux cas, ils savent bien que j'ai raison.

Je m'en tiendrais donc à rappeler le concept de Friendzone.
A est un looser (il ne joue pas de guitare dans les soirées, ne remporte pas de compétitions sportives, n'a pas de moto, n'écrit pas de haïbuns qui parlent du keyboard cat*), B à un vagin. Ils sont liés par une amitié inégale : B ayant un vagin, elle peut serrer qui elle veut (dans la limite du raisonnable), même des filles. A devra ramer toute sa vie pour arriver à un résultat beaucoup plus incertain, sauf avec les mecs, mais ça peut -encore- représenter un handicap social. Logiquement, pour la même raison que je veux des chiottes en or alors qu'au final, ça serait pas si bien que ça, A veut B, tandis que B est à mille lieu de considérer B autrement que comme une sorte d'ombre molle à laquelle se confier, trop occupée à essayer de séduire C, le dealer de shit qui ressemble à Dawson Robert Pattinson. A confie son amour à B, qui le refusera, sans pour autant vouloir se séparer des services proposés à A par B (confessions intimes, port de paquets pendant le shopping, rétention des cheveux en cas de vomi). Le processus de Friendzonage fait appel à un jargon très précis, qui pourrait très facilement être mal interprété. Le voici décodé pour vous aujourd'hui.

Adorable = Mauviette.

Ami = Stade ultime auquel vous pouvez prétendre.

Amitié = Non-Amour. Ne doit être entendu que dans ce sens, et n'implique pas que B se jetterait dans le feu pour vous.

Calin = Ne dois jamais être compris dans un sens sexuel.

Ca aurait été bien, mais = Non. Le seul mot à retenir est "Mais".

Compatible (nous ne sommes pas, ne serions pas, je ne nous trouve pas) = Je ne ressens pas de désir sexuel pour toi / tu es laid, le savais-tu ?

Complexe de l'Infirmière = concept inventé par quelques femmes désireuses de donner une justification à leur fascination pour les enfoirés sans vouloir admettre que c'est une fascination pour les gros muscles**

Erreur = Même précédé de la mention "nous ferions une énorme", doit se comprendre comme "Tu n'es pas assez bien pour moi"

Faute = Toujours de la faute de A. Voire "Gâcher".

Frère = Doit s'entendre du point de vue monacal : la vie en promiscuité, moins les relations sexuelles.

Gâcher = Verbe qui n'est utilisé que pour signaler le regret d'un status quo ou le souhait d'un maintien de celui-ci, peu importe le reste de la phrase. Doit être entendu comme une menace de B vers A de rupture de toute forme de relation.

Gay = Idéal masculin non sexuel face auquel vous n'êtes absolument pas compétitif, freiné par vos pulsion bestiales hétéronormatives.

Je pensais que c'était clair = T'es lourd ET CON ?

Je pense que tu comprendras = Je n'ai même pas envie de t'expliquer.

Je suis trop bien pour toi = Tu n'es pas assez bien pour moi.

Massage = Voir "Platonique". En cas de grave problème, si A a effectué sa formation au secourisme, peut-être cardiaque, seule chance de contact entre les mains de A et la poitrine de B.

Mignon = Pathétique.

Non = Non.

Platonique : Relation où A est désigné comme le petit ami de B, devant en assumer uniquement les côtés négatifs et où B s'autorise tacitement à des relations suivies hors-couple.

Rateau = Chose que B n'admettra jamais avoir collé à A, en toute sincérité, tant il était évident qu'elle était dans une ligue supérieure à la sienne, de même que l'Olympique Lyonnais ne se vanterait pas d'avoir collé une branlée aux Buena Vista Social Club.

Restons Amis = Soumets-toi où disparais. Quelque soit le ton sous lequel ces deux mots sont prononcés, ils doivent être entendus comme la menace la plus directe et la plus ferme imaginable.

Ressentir = Signifie ressentir pour B, et subir pour A.

Si tu m'avais demandé plus tôt = Au départ j'avais un doute, mais maintenant je sais que tu n'es pas assez bien pour moi. (elle fait mal, hein, celle-la.)

Sortir avec moi + insinuation que ça ne serait pas bien = Tu n'es pas assez bien pour moi.

Tu es trop gentil pour moi = J'aime les connards. Si tu devenais un connard, je ne t'aimerais pas pour autant, mais nous ne serions plus amis.

Tu devrais essayer de demander à [nom] = OH MON DIEU JE SUIS ENTOUREE DE LOOSER ET DE LOOSEUSE, CASONS LES ENSEMBLE ILS ME FOUTRONT LA PAIX. Accessoirement = Tu n'es pas assez bien pour moi

Tu mérites de trouver (au choix : mieux que moi, l'amour, ta voie, ton destin...) = Contente toi des os que je te donne à ronger ou sors de ma vie.


Ce message n'est pas une incitation à être C, mais bien une incitation à ne pas insister avec B. Le monde féminin est plein de B, mais aussi rempli de D (les filles qui en ont rien à péter de C et qui n'attende qu'une sollictation originale*** de votre part ou d'une autre) et de E : les filles qui sont dans le même état que vous : "Mignonne" (voir dictionnaire juste au dessus). C'est tabou, mais des filles habillées comme des sac à patate, recluses sur leur PC, complexées et timide, il y en a des nuées. DES NUEES. Et vous savez très bien qu'avec quelques efforts (rasoir, chemise, culture générale niveau intro d'article wikipedia, pas de blagues sur Pedobear au premier rendez-vous), vous seriez formidable. E aussi, serait formidable, avec quelques efforts. Ami looser, sors avec E, préparez moi une délicieuse salade de langue, et refaites vous un look lamba en attendant mieux chez H&M, Kiabi ou C&A, enfin un truc à la con quoi (artisans du monde est un bon plan aussi, si vous êtes un hippie), et achetez vous de la confiance en vous (par auto-hypnose s'il le faut). Finalement, même chez les fille et les mecs moches, les gens dont on sens le physique et/ou le caractère totalement et complètement irrécupérable ne sont pas si nombreux, et même pour eux, il leur reste encore le choix de passer dans les émissions de Bataille et Fontaine.

1267560476262

* Sauras-tu repérer lequel de ces bellâtres insupportables est l'auteur de cet article ?
** "J'ai le complexe de l'infirmière, je veux rendre ce salopard gentil, car il y a un coeur d'or derrière chaque connard" ce à quoi je répondrai volontiers "J'ai le complexe de l'infirmier, je veux rendre cette bimbo intelligente, car il y a un cerveau génial derrière chaque paire de gros seins".
*** Parce que je reste persuadé que l'origine du célibat des demi-loosers se situe dans l'effroyable quantité de sollicitations que n'importe quelle personne ayant un vagin recoit en permanence, ce qui donne un effet de surabondance de choix complètement irrationnel qui vous force à vous faire remarquer outre mesure pour attirer l'attention****. Cette surabondance ne se retrouve pas du point de vue masculin (les relations entre mecs sont mises à part). K'ai coutume de dire qu'une fille qui arrive en boite et crie "voulez-vous coucher avec moi ce soir" n'aura pas le même résultat qu'un mec faisant la même chose. Encore une fois, il n'est là question que de quantité de sollicitation, pas de qualité. c'est pour ça que je dis que c'est délirant et irrationnel.
**** "Mettre le Feu à sa Voiture" n'est jamais une bonne solution, ceci dit. J'opte plutôt pour la drague sous forme de Haïkus, personnellement.